Les confusions de Breizh Info à propos du nationalisme breton

Les confusions de Breizh Info a propos du nationalisme breton | peuplebreton

[PNB] Le média Breizh Info a récemment produit un article d’une imprécision qui interroge. Intitulé “Cette gauche nationaliste corse qui n’a rien à voir avec le gaucho-nationalisme breton”, le court entrefilet évoque le “nationalisme breton” qui, par contraste avec le nationalisme corse, ne formulerait aucune critique sur l’insécurité ou l’immigration en Bretagne. Sont cités à l’appui de la démonstration de cette insuffisance alléguée du “mouvement nationaliste breton”, l’Union Démocratique Bretonne et le Parti Breton…

Les mots et la taxonomie

Une connaissance élémentaire de l’Emsav et du nationalisme breton suffit pour savoir que l’UDB pas plus que le Parti Breton n’appartiennent au nationalisme breton et que ces organisations s’en sont toujours explicitement distancées. Si elles le font, c’est pour des raisons politiques évidentes qu’il convient de rappeler.

L’UDB est un parti régionaliste et socialiste qui prône l’intégration – illusoire – de la Bretagne dans une république française fédérale, “de gauche”. Cette position est celle d’une fraction de la petite bourgeoisie ethnique bretonne, culturellement et idéologiquement francisée, qui est issue de la fonction publique de l’Etat français en Bretagne. L’UDB ne veut pas rompre avec l’Etat français qui embauche l’essentiel de ses membres. Socialement, l’UDB réclame davantage d’intervention étatique, a fortiori française, tout en affirmant lutter pour la préservation des caractéristiques culturelles bretonnes que mène l’Etat français qui embauche ses membres. L’UDB, adepte des thèses de 1789, prétend acclimater la Bretagne à la révolution française pour en faire une petite France républicaine avec les migrants d’Afrique et d’ailleurs que Paris impose aux Bretons. En ce sens, elle n’a même pas l’audace d’une politique originale, puisqu’elle se contente de contresigner le diktat migratoire de Paris. 

Le Parti Breton, marqué par son opportunisme centriste, se revendique tantôt du régionalisme ou du fédéralisme et récuse le nationalisme breton en raison de sa dimension ethnique. Son seul caractère stable est la peur bourgeoise de braquer les forces politico-médiatiques hexagonales dominantes. Pour cette raison, le PB se limite à des critiques superficielles d’ordre institutionnel, mais pas d’ordre existentiel et ne diffère pas de l’UDB de par son adhésion au contractualisme rousseauiste.

Nous pourrions ajouter le cas de Douar ha Frankiz, organisation indépendantiste d’extrême-gauche, proche du trotskisme hexagonal dans ses thématiques et son opportunisme, qui elle non plus ne diffère pas substantiellement des deux premières de par son adhésion au contractualisme rousseauiste issu de 1789. 

Ces formations ne proposent pas de rupture fondamentale, mais l’adaptation de la Bretagne aux idées de la révolution française. Elles emprisonnent les Bretons dans le statu quo dialectique. Le nationalisme breton veut quant à lui libérer mentalement l’homme breton pour en faire le représentant d’un peuple fort, maître de son destin, maître de sa terre, guidé par une volonté farouche de liberté ethnique, tribale, clanique. Il ne croit pas aux abstractions, mais au sang et à la terre des ancêtres.

Le nationalisme breton n’est pas le gauchisme régional français

Le gauchisme ethno-schizophrène en Bretagne n’a aucun rapport avec le nationalisme breton. Séquelle du colonialisme français, il ménage chèvre et chou et cherche à concilier les contraires entre son surmoi égalitariste et universaliste issu de la révolution française et l’oppression ethnique du Peuple breton par l’Etat français issu de cette révolution. 

Aucun d’eux ne s’inscrit dans le nationalisme breton dont la doctrine ethno-séparatiste s’est forgée entre 1910 et 1930, et ce dans la continuité de la guerre contre-révolutionnaire bretonne menée à partir de 1790 contre l’égalitarisme jacobin. Le nationalisme breton comme doctrine est explicitement ethnique, anti-cosmopolite et hermétique aux thèses rousseauistes d’importation françaises. Il a été théorisé pour la première fois par Breiz Atao en 1925 dans son exposé doctrinal rédigé par Fransez Debeauvais, Morvan Marchal et Olier Mordrel. 

Le seul parti actif qui se revendique en cohérence du nationalisme breton est le Parti National Breton. Son programme aborde sans tabou la question de l’immigration massive et de l’insécurité, ce que ses affiches diffusées dans toute la Bretagne expriment de manière claire. Affirmer comme le fait Breizh Info que le nationalisme breton organisé ne traite pas de ces questions est factuellement faux, sinon malhonnête.

Il est surprenant que le média Breizh Info persiste à voir des nationalistes bretons où il n’y en a jamais eu et à ne pas les voir là où ils sont. Il est encore plus étonnant que Breizh Info fasse le procès du nationalisme breton sur une telle base, citant à comparaître des régionalistes français explicitement hostiles au nationalisme breton tout en taisant l’action du seul parti nationaliste breton qui développe une critique offensive de l’immigration de masse en Bretagne, dans la la ligne traditionnelle de l’Emsav portée depuis 1919. 

L’immigration ne définit pas le nationalisme breton

Réduire la question nationale bretonne comme le succès ou l’échec des nationalistes bretons à leur rapport à l’immigration n’a aucun sens. Une question nationale existe en elle-même, que ce soit en Ecosse, en Flandre, au Pays Basque ou en Bretagne. La question nationale bretonne existe depuis que les Francs puis les Français prétendent annexer et gouverner la Bretagne. Les nationalistes bretons n’ont pas attendu que la question de l’immigration se pose pour penser la nationalité bretonne. Les nationalistes catalans et écossais sont certainement plus avancés que les nationalistes bretons dans l’organisation de leur peuple, pour autant leur position sur l’immigration est radicalement contraire à un positionnement nationaliste. Inversement, les nationalistes flamands sont très offensifs sur l’immigration et obtiennent également des scores électoraux importants. 

Les Bretons ont certainement échoué jusqu’à présent dans leur défense nationale contre la France, mais aucun peuple prisonnier de l’Hexagone ne peut se targuer d’un bilan plus heureux. Tout au plus, dans le cas de la Corse, le caractère insulaire joue-t-il marginalement en faveur du Peuple corse, mais même là les faits sont clairs : la moitié des habitants de l’île sont des colons. Les réactions épidermiques de quelques dizaines, sinon centaines de Corses contre les attaques d’allogènes ne changent pas ce sinistre tableau d’un peuple submergé, dépossédé. Les Français s’approprient toujours plus des pans entiers du pays, comme en territoire occupé.

En Bretagne, l’immigration, qu’elle soit non-européenne ou française, est une conséquence de la destruction de la cohésion ethnique sous l’effet du travail patient mené par l’Etat français pour assimiler la nation bretonne à son système économique, social, culturel et politique. L’opposition à l’immigration n’a aucun sens sans une critique systématique de cette assimilation, de ses agents, français ou bretons. Les nationalistes bretons, soucieux des intérêts de la nation bretonne, doivent formuler une telle critique, mais ne pas la limiter à ses effets sans remonter à ses causes. Or ses causes ne sauraient être limitées à la “gauche” française, mais bien à la guerre permanente menée par l’Etat français, par delà les factions, contre Breizh. Alimenter la dialectique “droite/gauche”, c’est maintenir l’intégration de Breizh dans l’espace historique français comme c’est le cas depuis 1789. Par aimantation, une faction de droite ou de gauche en Bretagne s’alignera toujours sur une faction française au détriment de l’unité patriotique.

Il n’y a pas une nation bretonne de droite ou de gauche, mais une nation historique, unifiée par le sang, par delà les divergences. Le rôle du nationalisme breton est de l’unir, pas de cultiver ses divisions d’importation française. En d’autres termes, le nationalisme breton place le Peuple breton, la Bretagne et leur survie avant tout le reste. Ce qui amène à la véritable ligne d’affrontement : pas de véritable opposition à l’immigration de masse organisée par l’Etat français sans lutte contre l’Etat français qui l’organise.

Qui aujourd’hui dépasse les conséquences pour contester radicalement la présence de l’Etat français en Bretagne, non seulement en fait, mais dans ses buts pratiques ? Le Parti National Breton. C’est un honneur et une grande responsabilité car le déséquilibre des forces, comme chacun le sait, est énorme. D’un côté, un état impérialiste séculaire et prédateur, de l’autre des rebelles, idéalistes, qui s’expriment pour un peuple de 5 millions d’hommes. L’histoire enseigne cependant qu’un positionnement historique conséquent, une fois les conditions objectives réunies, est à même de compenser, puis d’inverser un rapport de force largement défavorable.

——–

Pour écouter notre podcast mensuel : 

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]